PANCREATITE

Causes, Diabète, Génétique, Idiopathique
Infectieuse, Médicaments, Origine

 

 

Définition d'une pancréatite

Le pancréas est une glande volumineuse située derrière l'estomac et le duodénum (la première partie de l'intestin grêle). Le pancréas a deux fonctions principales :

  • Le pancréas sécrète de puissantes enzymes digestives dans l'intestin grêle afin de faciliter la digestion des glucides, des protéines et des graisses
  • Le pancréas libère des hormones telles que l'insuline et le glucagon dans la circulation sanguine. Ces hormones sont impliquées dans le métabolisme du glucose dans le sang, réglementant la manière dont le corps stocke et utilise les aliments en énergie

La pancréatite est une inflammation du pancréas. L’atteinte pancréatique survient lorsque les enzymes digestives sont activées avant d'être sécrétées dans le duodénum et où le pancréas commence à être attaqué.

Il existe deux formes de pancréatite :

  • La pancréatite aiguë et
  • La pancréatite chronique

Qu'est-ce qu'une pancréatite aiguë ?

La pancréatite aiguë est une inflammation soudaine qui se produit sur une courte période.

Dans la majorité des cas, la pancréatite aiguë est causée par des calculs biliaires ou par une consommation excessive d'alcool. Certains médicaments, des infections, des traumatismes, des troubles métaboliques ainsi qu’une chirurgie peuvent également être des causes de pancréatite. Dans environ 10 % à 15 % des cas de pancréatite aiguë, la cause est souvent inconnue !

La gravité de la pancréatite aiguë peut varier d’une légère gêne abdominale à une grave maladie potentiellement mortelle. Cependant, la majorité des personnes souffrant de pancréatite aiguë (plus de 80 %) se rétablissent complètement après avoir reçu le traitement approprié.

Dans les cas très graves, la pancréatite aiguë peut entraîner des saignements dans le pancréas, des lésions tissulaires graves, une infection ainsi qu’une formation de kystes. La pancréatite sévère peut également créer des affections qui peuvent nuire à d'autres organes vitaux tels que le cœur, les poumons ou les reins.

Qu'est-ce qu'une pancréatite chronique ?

La pancréatite chronique survient le plus souvent après une période de pancréatite aiguë. Elle peut être le résultat d’une inflammation pancréatique en cours.

Dans environ 45 % des cas, la pancréatite chronique est causée par la consommation prolongée d'alcool. Les calculs biliaires, les troubles héréditaires du pancréas, la fibrose kystique, un taux de triglycérides élevé ainsi que certains médicaments peuvent également être des causes d’une pancréatite chronique. Les dommages causés par la consommation excessive d'alcool au niveau du pancréas peuvent ne pas présenter de symptômes pendant de nombreuses années, puis après la personne peut soudainement développer des symptômes de pancréatite sévère, y compris une douleur intense et une perte de la fonction pancréatique, résultant des anomalies digestives de sucre dans le sang.

 

Quels sont les symptômes d'une pancréatite ?

Symptômes d'une pancréatite aiguë

  • Des douleurs abdominales dans le dos. Les patients peuvent ressentir une «sensation ennuyeuse» qui peut être aggravée par la consommation, notamment, d’aliments riches en matières grasses.
  • Un abdomen enflé et douloureux
  • Des nausées et des vomissements
  • De la fièvre
  • Une augmentation du rythme cardiaque

Symptômes d'une pancréatite chronique

Les symptômes de la pancréatite chronique sont similaires à ceux de la pancréatite aiguë.

Les patients éprouvent fréquemment une douleur constante dans l'abdomen supérieur et irradiant le dos. Chez certains patients, la douleur peut être invalidante. D'autres symptômes peuvent inclure la perte de poids causée par une faible absorption (malabsorption) des aliments. Cette malabsorption se produit lorsque la glande ne sécrète pas assez d’enzymes pour digérer normalement les aliments. En outre, le diabète peut survenir si les cellules productrices d'insuline du pancréas sont endommagées.

 

 

Quelles sont les causes d'une pancréatite ?

Dans la majorité des cas, la pancréatite aiguë est causée par des calculs biliaires et une consommation excessive d'alcool. Certains médicaments, les lipides (triglycérides), les infections, les troubles chirurgicaux ou encore un traumatisme de l'abdomen peuvent également être des causes de pancréatite aiguë. Dans environ 10 % à 15 % des cas de pancréatite, la cause est inconnue.

Dans la plupart des cas de pancréatite chronique, la maladie est souvent causée par une consommation prolongée d'alcool, entraînant des dommages et des calcifications au niveau du pancréas. Dans d'autres cas, la pancréatite chronique peut avoir une cause héréditaire ou peut être causée par des calculs biliaires, un lupus ou un taux de triglycérides élevé. Dans environ 25 % des cas, la cause de la pancréatite chronique est inconnue.

Quels sont les facteurs de risque d'une pancréatite ?

Une pancréatite peut atteindre n'importe qui, mais elle est plus fréquente chez les personnes ayant certains facteurs de risque.

Les facteurs de risque de la pancréatite aiguë sont les suivants :

  • La lithiase biliaire
  • Une consommation excessive d'alcool

La pancréatite aiguë peut être le premier signe d’une lithiase biliaire. Le lien entre les calculs biliaires et une pancréatite aiguë est une union anatomique de canaux qui drainent la vésicule biliaire et le pancréas appelée « ampoule de Vater », également appelée « papille duodénale majeure ». Le passage de calculs biliaires dans la vésicule biliaire peut se bloquer à l'ampoule, ce qui provoque une obstruction du canal pancréatique, déclenchant une pancréatite aiguë.

Les facteurs de risque de la pancréatite chronique sont les suivants :

  • La consommation prolongée d'alcool
  • Certaines maladies héréditaires telles que la fibrose kystique
  • Les calculs biliaires
  • Des affections telles qu’un taux de triglycérides élevé et un lupus

Les personnes atteintes de pancréatite chronique sont généralement des hommes âgés de 30 à 45 ans, mais cela peut aussi survenir chez les femmes.

 

 

 

Diagnostic d'une pancréatite

La pancréatite est suspectée notamment quand une personne signale des symptômes de pancréatite et révèle également des facteurs de risque tels qu’une consommation excessive d'alcool ou une lithiase biliaire.

Pour confirmer une pancréatite aiguë, le médecin mesure le niveau des deux enzymes digestives dans le sang, l'amylase et la lipase. Des niveaux élevés de ces deux enzymes suggèrent fortement une pancréatite aiguë.

Diagnostiquer une pancréatite peut être difficile, mais le diagnostic peut être aidé par un certain nombre de techniques telles que des tests de la fonction pancréatique ou une imagerie radiographique du pancréas. Dans les stades plus avancés de la maladie, lorsque la malabsorption ou le diabète est présent, les analyses de sang, d'urine et de selles confirmeront la progression.

Le diagnostic d'une pancréatite comprend :

  • Des tests de la fonction pancréatique, visant à déterminer si le pancréas produit les niveaux appropriés d'enzymes digestives.
  • Des tests de tolérance au glucose pour mesurer les dommages au niveau des cellules du pancréas qui fabriquent l'insuline.
  • Des tests d’ultrasons qui peuvent produire des images du pancréas de telle sorte que les anomalies puissent être détectées.
  • La TDM (tomodensitométrie) qui peut également produire des images du pancréas de telle sorte que les anomalies puissent être détectées.
  • La CPRE (cholangiographie pancréatique rétrograde endoscopique) visant à observer le pancréas et les voies biliaires en utilisant les rayons X.
  • L’écho-endoscopie (EUS) et la biopsie, un examen dans lequel une aiguille fine est insérée dans une anomalie localisée dans le pancréas afin de prélever un petit échantillon de tissu pour l’étudier.

Traitement d'une pancréatite

Traitement d'une pancréatite aiguë

Les personnes atteintes de pancréatite aiguë sont principalement traitées à l'hôpital avec des liquides intraveineux et des médicaments contre la douleur.

Dans 20 % des cas de pancréatite, la maladie peut s’avérer sévère et les patients peuvent avoir besoin d'être admis dans une unité de soins intensifs. Aux soins intensifs, le patient est surveillé de près, car la pancréatite peut causer des dommages au cœur, aux poumons ou aux reins. Des cas de pancréatite sévère peuvent entraîner la mort du tissu pancréatique (nécrose pancréatique). Dans ces situations, on a recours à la chirurgie afin d'enlever le tissu endommagé si une infection secondaire se développe.

Une crise aiguë de pancréatite ne dure généralement que quelques jours, sauf si elle est compliquée par une nécrose ou un fluide à l'intérieur ou autour de la glande. Une crise aiguë de pancréatite causée par des calculs biliaires peut nécessiter l'ablation de la vésicule biliaire ou une chirurgie endoscopique des voies biliaires. Après que les calculs biliaires sont éliminés et l’inflammation diminuée, le pancréas revient à la normale.

La chirurgie du pancréas ou de la vésicule biliaire peut parfois être effectuée par laparoscopie, appelée également chirurgie mini-invasive. Pendant la chirurgie laparoscopique, de petites incisions (habituellement entre 5 à 10 millimètres) sont faites dans l'abdomen. Le laparoscope et les autres instruments chirurgicaux sont insérés à travers ces incisions. Le chirurgien est guidé par le laparoscope, qui transmet des images des organes internes sur un moniteur. La chirurgie laparoscopique est très avantageuse car les incisions sont plus petites, les risques d'infection sont moindres et moins il y de douleurs et de cicatrices, plus la récupération est rapide.

 

Traitement d'une pancréatite chronique

La pancréatite chronique peut être un peu difficile à traiter.

Les médecins essaieront de soulager la douleur du patient et tenteront d’améliorer les problèmes nutritionnels et métaboliques qui résultent de la perte de la fonction pancréatique. Ils prescrivent généralement des enzymes pancréatiques ou de l'insuline, si ces substances ne sont pas sécrétées ou libérées par le pancréas. Des comprimés d'enzymes pancréatiques sont habituellement prescrits pour être pris avec les repas afin de faciliter l'absorption des nutriments. Un régime alimentaire faible en matière grasse peut également être utile.

La chirurgie peut aider à soulager les douleurs abdominales, à rétablir le drainage des sécrétions pancréatiques, à traiter la pancréatite chronique causée par l'obstruction du canal pancréatique ou à réduire la fréquence des crises.

Les patients doivent cesser de boire des boissons alcoolisées. Ils doivent également suivre les recommandations de leur médecin et de leurs diététicien et doivent prendre les médicaments appropriés afin d'avoir de moins en moins de crises graves de pancréatite.

Prévention d'une pancréatite

Si la majeure partie des cas de pancréatite est causée par l'abus d'alcool, la prévention par une consommation raisonnable d'alcool et même aucune consommation, est requise. Si l'abus d'alcool est un problème, parlez-en à votre médecin pour une consultation vers un centre de traitement de l'alcoolisme. En outre, vous pouvez bénéficier d'un groupe de soutien comme les Alcooliques Anonymes.

 

 

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant la pancréatite.

 

Pancréatite : Forum et témoignages

Votre expérience sur la pancréatite peut être intéressante pour les autres. Pensez-y !

Nous vous proposons de laisser vos commentaires dans le forum ci-dessous.

Commentaires  

Joshua 0 Joshua
Bonjour,
j'ai lu vos commentaires, je n'ai pas trop le temps en ce moment pour un pouyr partager (ça peut être long en explications) mon témoignage concernant la pancréatite mais je reviendrais d'ici quelques temps pour vous expliquer et témoigner des ravages que cette maladie à sur moi.
28-05-2015 16:14
babou 0 babou
Sandrine
OK A priori ça a été pris à temps pour toi c'est bien, moi les médecins généralistes m'ont fait traîner 1 an avant que je finisse aux urgences. Du coup j'ai 4 gros pseudokystes 3 à la queue et 1 à la tête, mon canal est très calcifié donc je sais qu'à terme je finirai diabétique car à chaque crise c'est des kystes en plus.
Le tabac j'y arrive pas c'est une horreur.
09-05-2015 17:04
Sandrine +1 Sandrine
Et pour répondre à tes questions BABOU, non je ne suis pas diabétique et pas de calcification hormis mon pseudo kyste qui est assez gros. Mon problème est bien localisé, le cholédoque et le Wirsung doivent se rejoindre pour aboucher dans le duodénum. Moi ils sont complètement indépendants et mon Wirsung est tout petit petit et sinueux. J'ai subi 2 sphinctérotomie s à Paris mais échec total, l'abouchement du Wirsung est très mal placé et invisible pour l'endoscope
09-05-2015 12:23
Sandrine +1 Sandrine
BABOU, RG33,
Une DPC : Duodéno Pancréatectomie Céphalique (opération qui consiste à retirer une partie du pancréas (pour ma part "la tête") le duodénum et une partie de l'intestin grêle.
Pour tes interrogations sur tumeur, masse etc... j'ai eu les mêmes interrogations que toi :o si la biopsie n'a pas démontré de caractère cancéreux, tu dois être confiant. J'ai à plusieurs reprises demandé (à Paris via le Professeur, aux personnes qui me lisaient les IRM et à mon Gastro qui me suit, tous ont eu la même réponse ce sont des calcifications qui se forment au fur et à mesure des crises.Je suis maintenant convaincue mais il m'aura fallut du temps :-x . Pour les régimes je suis surprise qu'il ne t'ont jamais parlé du tabac ! Tolérance 0 comme l'alcool, ils m'ont même interdit les endroits enfumés ! (ça va on ne fume plus dans les restau etc...)
Je vous avoue, il y a des jours ou j'enverrai bien tout balader mais bon j'ai des enfants, un mari et ils ont besoin de moi :-)
09-05-2015 11:54
rg33 0 rg33
Je suis suivi à Bordeaux.
Quand je dit que le docteur avance à taton, c'est qu'il faut éliminer les causes les unes après les autres et ce n'est pas toujours possible en période de crises.
Pour l'instant l'hypothèse d'une pancréatite auto immune semble être retenue mais la cause médicamenteuse n'est pas écartée.
En ce qui me concerne, je reste très zen, sauf en période de crise, à cause de la douleur qui arrive à être bien maîtrisée avec la morphine.
Je me dit qu'au pire il faudra passer par l'opération et qu'après ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir (surtout si la cause était médicamenteuse).
Je vais vous faire rire, mais le plus qui me perturbe dans tout ça ce sont les repas à l'hôpital ... immangeables. Idéal pour perdre du poids : 10 kg en 4 mois (adieu mon petit ventre rebondi). Il m'en reste encore 79 kg pour 1m85, mais il ne faudrait pas que je descende beaucoup plus.
Courage
09-05-2015 10:39
babou 0 babou
Bonjour Sandrine
C'est quoi la DPC?
Dis moi, 15 est-ce que tu souffres de diabète? Est-ce que tu as des calcifications?
09-05-2015 10:32
rg33 0 rg33
Je parle de masse pour ne pas dire tumeur, car derrière tumeur on entend cancer. Hors les biopsies ont démenties que c'était cancéreux.
Je pense que cette masse qui comprime le cholédoque est due aux coulées de nécrose ... mais je n'ai pas l'avis du médecin car en congés la semaine dernière (le remplaçant est peu bavard sur un cas qu'il ne gère pas depuis longtemps).
Je n'ai pas de régime particulier, mis à part l'abstinence d'alcool, qui peut être un facteur déclenchant de crise. On ne m'a même pas interdit le tabac ... mais maintenant il faudra que je fasse un peu plus attention à ce que je mange du fait que l'on m'a supprimer le médicament pour le cholestérol (mon cœur a déjà un peu souffert : stent).
Ma première crise remonte au 18 janvier. Avant tout aller très bien (en apparence il faut croire).
Il faut dire aussi que je ne suis plus tout jeune et qu'en tant que bon vivant, je n'ai pas toujours respecté mon corps.
09-05-2015 10:20
Sandrine +1 Sandrine
1/2
Aujourd'hui je fais toujours autant de crises (2/année) car la seule solution est la DPC mais pas encore prête pour franchir le pas (mon pancréas fonctionne très bien malgré un pseudo-kyste formé comme toi au fil des crises).
De nature angoissée, j'essaie d'avoir une vie "irréprochable" (0 alcool, pas de tabac, pas de graisse etc...) je fais même de la sophrologie pour me détendre car à chaque gros stress = crise :( de nos jours pas facile de ne pas vivre stressée !
Si tu as le sentiment que ton médecin n'avance plus, n'hésite pas à consulter un autre spécialiste. Qui te suit, quel hôpital ?

Bon courage à tous et toutes
09-05-2015 09:56
Sandrine -1 Sandrine
1/1 Bonjour RG33,

J'ai 46 ans et je souffre également de PA depuis 15 ans. Malformation canalaire complexe entre le Wirsung et le cholédoque. Les médecins qui me suivaient à l'époque m'ont promené pendant 5 ans sans trouver une cause à toutes ces crises (médicaments, corticoïdes pris pour ma Polyarthrite...)
J'ai rencontré le Professeur LEVY à l’hôpital BEAUJON, il a suffit d'une IRM dans son service et ce Professeur (ultra gentil et humain) m'a enfin expliqué la raison de mes crises.
09-05-2015 09:56
babou 0 babou
Depuis combien de temps souffrez vous?
On apprend la patience, comme m'a dit le chef de service cette semaine "l'urgent c'est d'attendre"
09-05-2015 09:35

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les informations sur la pancréatite peuvent intéresser vos ami(e)s

Partagez le site pour qu'eux aussi puissent en prendre connaissance